Le Cavalier King Charles

Le Cavalier King Charles Spaniel, plus généralement appelé Cavalier King Charles, est un chien de petite taille à la démarche gracieuse et à la silhouette harmonieuse. Un petit gabarit particulièrement attachant et doux qui représente un compagnon véritablement tendre au quotidien. Proche de son maître et adapté à une vie de famille, le Cavalier King Charles s’illustre avec une certaine confiance en lui et un amour inconditionnel de l’Homme. 

  • poil.svg
    Type de poil
    Long
  • origine.svg
    Origine
    Angleterre
  • animal.svg
    Gabarit
    Petit
  • poid.svg
    Poids moyen
    Femelle: 6kg
    Male: 6kg
  • taille.svg
    Taille moyenne
    Femelle: 34cm
    Male: 34cm
fci.svg
FCI

Il est rattaché au Groupe 9 qui rassemble les Chiens d’agrément et de compagnie.

Historique

Connu depuis le XVIème siècle, le King Charles était alors le chien favori de la famille royale britannique. Son nom lui a d’ailleurs été attribué en hommage au roi Charles II qui affectionnait particulièrement ce chien doux, et qui en est devenu l’un des plus célèbres éleveurs au fil de l’Histoire. Au début du XXème siècle, le King Charles qui ressemblait sur certains points à un épagneul de petite taille, attira certains cynophiles qui ne retrouvaient pas le standard représenté sur les peintures anciennes. Dans les années 1920, le développement de la race du Cavalier King Charles profite alors d’un croisement avec le King Charles Spaniel, le Pékinois et le Carlin.  

Le premier standard de la race est rédigé en 1928 en Grande-Bretagne, et un club dédié y est créé la même année. La Fédération Cynophile Internationale reconnaît officiellement le Cavalier King Charles en 1955, mais il faut attendre l’année 1975 pour que ce chien affectueux et calme arrive en France, où il a depuis rencontré un certain succès auprès des familles et des particuliers.

Description physique

Avec une expression douce et élégante, le Cavalier King Charles est un chien adorable qui trouve rapidement sa place auprès de son maître. Son petit gabarit comprend les mêmes mensurations pour les mâles comme pour les femelles avec une hauteur comprise entre 32 cm et 36 cm et un poids de 5 à 8 kilos. Son espérance de vie, quant à elle, se situe entre 9 et 14 ans.  

Le poil long du Cavalier King Charles peut s’avérer légèrement ondulé et nécessite un brossage régulier. Le standard de la race autorise des robes variées tels que rubis uni, bicolore (noir et feu ou blenheim), ou encore tricolore (noir, feu et blanc). Ses oreilles tombantes et ses grands yeux vifs participent à son expression amicale et bienveillante. Enfin, son museau court et droit peut apparaître plus ou moins écrasé selon les lignées. En effet, si le King Charles présente un museau plus long, le croisement avec des Pékinois et des Carlins a laissé place à un nez plus souvent retroussé chez le Cavalier King Charles.  

Caractère

  • Affectueux  star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Protecteur star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Indépendant star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Joueur star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Calme star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Sociable star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5

Le développement de la race du Cavalier King Charles a toujours eu pour unique objectif la compagnie des Hommes. Chien doux et attentionné, il possède néanmoins quelques instincts de chasseur qui expliqueront la poursuite de papillons et de certains oiseaux lors de ses escapades extérieures.  

Calme, le Cavalier King Charles s’adapte rapidement au mode de vie du maître. Ainsi, un propriétaire plus sédentaire et une famille dynamique profitent du même compagnon attachant au quotidien. Par ailleurs, le Cavalier King Charles s’entend très bien avec les enfants avec qui il a plaisir à jouer régulièrement. Son caractère sociable en fait également un partenaire idéal pour les autres animaux du foyer, et plus particulièrement encore les chats.

Le Cavalier King Charles est extrêmement attaché à son maître. Souvent désigné comme un “pot de colle” auprès de ce dernier, il souffre véritablement de la solitude lors de ses absences. Sans jamais le montrer, ce chien sensible supporte donc mal d’être régulièrement rejeté ou laissé seul, et profite de chaque opportunité pour se blottir contre ses maîtres.

Régime alimentaire

Gourmand, le Cavalier King Charles peut se laisser aller à certains excès si son alimentation n’est pas maîtrisée. Une prise de poids trop importante peut alors représenter de sérieux risques de santé et nuire à son bien-être. Il est donc essentiel de lui proposer une ration journalière cohérente avec son gabarit et des croquettes de qualité qui contiennent un apport protéique adapté, ainsi que des nutriments indispensables.

Comme de nombreuses races de petits chiens, le Cavalier King Charles souffre souvent de tartre sur ses dents. Afin de préserver son hygiène dentaire au quotidien, certaines friandises naturelles comme le bois de cerf ou le cheese bone permettent un exercice de mastication salvateur et une source de calories moindre. Ils peuvent alors être donnés dans le cadre d’une récompense ou pour pallier à une absence du maître. IMPORTANT : Le chien doit toujours disposer d’une gamelle d’eau fraîche et accessible. 

Environnement

En maison ou en appartement, le Cavalier King Charles trouve son équilibre avec des promenades régulières qui lui permettent de canaliser son énergie une fois à l’intérieur. La présence d’un jardin ne doit d’ailleurs pas dispenser les maîtres de sorties fréquentes pour l’épanouissement du chien. Quel que soit son cadre de vie, le Cavalier King Charles doit pouvoir compter sur une présence importante de son maître au quotidien. Des absences répétées et prolongées ne lui permettent pas d’être heureux et ne feront qu’amplifier l’angoisse de la séparation à chaque départ.

Selon les structures disponibles à proximité, les écoles du chiot ou les activités d’agility seront un très bon moyen de sociabiliser le Cavalier King Charles dans ses premiers mois, et d’entretenir une activité commune qui développe la complicité entre le chien et le maître.

Conseil education

D’un naturel obéissant, le Cavalier King Charles est généralement facile à éduquer, bien qu’il apparaisse souvent distrait. Il convient alors de recentrer sa concentration avec une éducation positive et bienveillante, ainsi que des récompenses qui seront à déduire de sa ration journalière pour une alimentation équilibrée. Dans les premiers mois du chiot, il est d’ailleurs conseillé de limiter la durée des exercices d’obéissance à 10 ou 15 minutes par session.

Avec une douceur innée et de grands yeux tendres, le Cavalier King Charles peut rapidement s’attirer les faveurs du maître. Ce dernier doit donc mettre un point d’honneur à ne pas distribuer de friandises à chaque regard affectueux. Outre le risque de surpoids déjà évoqué, une éducation réussie doit pouvoir reposer sur un équilibre sain entre les actions effectuées et les récompenses obtenues. S’il est tout à fait possible de vouloir simplement faire plaisir au chien parfois, cela ne doit donc pas constituer une habitude quotidienne.

Enfin, le Cavalier King Charles est particulièrement sensible à sa relation au maître, une éducation brutale avec des gestes brusques et des cris est évidemment à proscrire. Un chien apeuré et craintif grandira avec un comportement instable et ne parviendra pas à trouver son équilibre face au maître qui représente pourtant tout pour cette race. La gratification par les caresses et des récompenses saines est donc essentielle au bon développement de l’animal.

Le mot du vétérinaire

Le Cavalier King Charles est un chien à la santé solide. Toutefois, son petit gabarit le prédispose à certaines maladies telles que l’endocardiose mitrale, ou de malformations génétiques comme l’ossification incomplète du condyle huméral. Il est donc conseillé de choisir correctement l’éleveur et de réaliser les dépistages correspondants si les antécédents de la lignée ne sont pas disponibles. En cas de symptômes normaux et persistants, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire pour un diagnostic rapide.