Le Bouvier Bernois

Imposant de par sa morphologie, le Bouvier Bernois est avant tout un compagnon amical au caractère attachant qui fait la joie des familles. Robuste et polyvalent, ce grand tendre s’entend très bien avec les enfants, mais aussi ses congénères et les autres animaux du foyer. Un chien aux multiples qualités qui reste très attaché à son maître et qui prend donc un réel plaisir à partager un maximum de temps et d’activité avec ce dernier. 

  • poil.svg
    Type de poil
    Long
  • origine.svg
    Origine
    Suisse
  • animal.svg
    Gabarit
    Grand
  • poid.svg
    Poids moyen
    Femelle: 45kg
    Male: 55kg
  • taille.svg
    Taille moyenne
    Femelle: 63cm
    Male: 67cm
fci.svg
FCI

Il est rattaché au Groupe 2 qui rassemble les Chiens de type Pinscher et Schnauzer, ainsi que les Molossoïdes, les Chiens de montagne, les Bouviers Suisses et les autres races assimilées.

Historique

Le Bouvier Bernois trouve son origine en Suisse, dans le canton de Berne, et plus précisément dans les villes de Dürrbach et de Burgdorf. Il est d’ailleurs parfois surnommé Bouvier de Berne, Dürrbächler, Bernese Mountain Dog, ou encore Berner Sennenhund. Quelle que soit l’appellation donnée, tout le monde s’accorde à dire qu’il s’agit d’une race très ancienne. Si certains pensent que le Bouvier Bernois descend des Dogues du Tibet, des molosses employés par les légions romaines pour le combat et la garde de troupeaux, d’autres affirment que l’historique de la race s’est toujours situé en Suisse. Il aurait alors été utilisé plus de 4000 ans avant J.C pour des missions de garde, de trait, et de guide de bétail. Des activités polyvalentes à la hauteur de sa mémoire exceptionnelle et de son intelligence.

Si une première exposition de la race a lieu en 1902 et permet la publication d’un standard en 1907, ainsi que l’acquisition d’un nom officiel en 1913, la Seconde Guerre Mondiale met en péril l’avenir de la race avec une diminution inquiétante du nombre d’individus répertoriés. En 1949, l’apport limité et encadré de Terre-Neuve permet de reconstruire la race en préservant ses qualités spécifiques, et ce, en évitant le risque de consanguinité. La Fédération Cynophile Internationale reconnaît officiellement le Bouvier Bernois en 1954. Il faut toutefois attendre les années 1970 pour que ce chien doux et affectueux rencontre un succès plus populaire parmi les particuliers.

Description physique

Le Bouvier Bernois fait partie des très grands chiens. Sa carrure large et trapue est également soulignée par une fourrure à poils longs qui le caractérise. Une silhouette imposante qui ne dégage pourtant aucune agressivité. Le mâle pèse entre 50 et 60 kilos pour une hauteur au garrot de 64 cm à 70 cm. La femelle, quant à elle, peut peser de 40 à 50 kilos et mesure entre 60 cm et 66 cm. L’espérance de vie du Bouvier Bernois varie de 7 à 10 ans.

Avec une morphologie bien proportionnée, le Bouvier de Berne se distingue rapidement grâce à un pelage tricolore distinctif. La robe noire, qui présente des marques rousses et blanches réparties de façon symétrique, lui confère une certaine élégance malgré l’impressionnante carrure de son gabarit. Le standard précise ainsi des “pastilles” rousses au-dessus des yeux, et des traces de la même couleur feu sur les pattes et les joues du chien. Le blanc trouve sa place à l’extrémité des membres inférieurs, au niveau du poitrail, mais aussi sur le crâne avec une fine ligne entre les yeux. Enfin, les oreilles sont tombantes, de formes triangulaires et légèrement arrondies, et le regard est vif et chaleureux.

Caractère

  • Affectueux  star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Protecteur star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Indépendant star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Joueur star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Calme star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5
  • Sociable star_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_full.pngstar_empty.png 4/5

Le Bouvier Bernois est assurément le chien de famille par excellence. Bien qu’il ait longtemps été employé comme chien de ferme ou de troupeau uniquement, son caractère docile a su lui permettre de s’adapter à de nombreux environnements différents. Calme et robuste, il apparaît alors comme le compagnon rassurant et amical pour le plus grand bonheur des enfants.  

Si le Bouvier Bernois n’aboie pas particulièrement et reste avant tout bienveillant, il est très fidèle à sa famille et peut se montrer dissuasif envers les étrangers. Cet attachement au maître explique également un besoin de compagnie important. En effet, le Bouvier de Berne n’apprécie pas les moments de solitude prolongés et un apprentissage de la séparation doit être mis en place dès son plus jeune âge pour assurer son équilibre.

Sociable et bienveillant, le Bouvier Bernois a plaisir à interagir avec d’autres animaux et peut très bien s’entendre avec les chats du foyer notamment. Intelligent, il dispose également d’une excellente mémoire qui facilite son éducation. D’un naturel docile, il a donc toutes les qualités requises pour devenir un chien obéissant au caractère stable une fois adulte.

Régime alimentaire

L’alimentation du chien est en lien étroit avec sa santé au fil des années. Qu’il s’agisse d’assurer une croissance idéale au chiot ou de préserver la vitalité de l’adulte, le Bouvier Bernois doit pouvoir bénéficier de croquettes haut de gamme qui répondent à ses besoins. Un apport protéique de qualité et des recettes équilibrées sont à privilégier afin d’éviter des problèmes de surpoids, particulièrement néfastes pour les articulations d’un chien de ce gabarit.

Soumis au risque de distorsion de l’estomac comme la plupart des grands chiens, le Bouvier Bernois peut garder un rythme de deux repas par jour pour limiter la quantité de croquettes par ration. Pour les mêmes raisons, il est conseillé d’éviter tout exercice physique juste après les repas. Par ailleurs, afin d’entretenir au mieux le pelage flamboyant du Bouvier Bernois, de l’huile de saumon peut être ajoutée quotidiennement à sa gamelle. Les omégas 3 et 6 de ce complément alimentaire naturel prennent soin de la peau et des poils, mais participent également au bon fonctionnement de son métabolisme. IMPORTANT : Le chien doit toujours disposer d’une gamelle d’eau fraîche et accessible. 

Environnement

Bien que le Bouvier Bernois ne soit pas un chien très sportif, il nécessite un minimum d’activité au quotidien. Des promenades régulières peuvent être complétées par un sport canin pratiqué avec le maître. L’occasion de renforcer une relation complice avec un exercice adapté et régulier. Sa force d’adaptation lui permet de s’épanouir aussi bien à la campagne qu’à la ville. Il ne faut toutefois pas négliger l’importance de son gabarit dans le cas d’une vie en appartement. Si la présence d’un extérieur n’est pas indispensable, le Bouvier Bernois doit pouvoir évoluer dans un logement approprié à sa taille.

Plutôt calme et détendu au quotidien, le rythme de vie du maître doit lui permettre de passer des moments agréables et de qualité avec le Bouvier Bernois. Qu’il s’agisse d’une famille ou d’un maître unique, il est donc préférable d’éviter des absences répétées et prolongées.

Conseil education

La maturité des grands chiens est plus longue que pour les petits gabarits. Le Bouvier Bernois atteint donc l’âge adulte entre 18 mois et 2 ans. Il est important de tenir compte de ce facteur dans l’éducation et de maintenir une certaine rigueur dans les ordres demandés durant toute cette période. De cette manière, l’apprentissage est renforcé tout au long de la croissance du chien pour un adulte équilibré et bien éduqué.

Si le Bouvier Bernois peut sembler particulièrement impressionnant, il n’en reste pas moins un chien très sensible. Toute forme de brutalité est donc à bannir de l’éducation du maître, au risque de développer une anxiété craintive chez le chien. Dès le plus jeune âge du chiot, il convient alors d’opter pour une éducation bienveillante et un renforcement positif des ordres acquis avec des récompenses.

Enfin, le Bouvier de Berne supporte mal la solitude de par son caractère sociable et affectueux. Par conséquent, le maître doit l’habituer très tôt à certaines absences incontournables. La répétition de cet exercice permet de dédramatiser le moment de la séparation et de rendre l’éloignement du maître positif avec la mise en place de divers jeux. En effet, au moment du départ des jeux distributeurs de croquettes ou de friandises peuvent être mis à disposition du chien. Il est également possible de dissimuler d’autres jouets réservés à ces moments uniquement, pour une partie de cache-cache qui canalise la concentration du chien et limite son anxiété.

Le mot du vétérinaire

Le Bouvier Bernois est un grand tendre très proche de son maître. Son gabarit le prédispose toutefois à certaines maladies comme la dysplasie coxo-fémorale. La sélection entreprise par les élevages permet toutefois de limiter grandement ce risque, ainsi que les problèmes inhérents à la consanguinité. Il est donc essentiel de choisir minutieusement l’éleveur au moment de l’achat et de demander les différents dépistages réalisés par ce dernier.